Les filles faciles…

Aussi loin que je me souvienne, les filles n’ont jamais posé de difficultés pour les repas. (J’ai tendance à vouloir oublier ces longues heures d’angoisses passées à tenter de leur faire avaler 30ml de lait toutes les 3h parce qu’elles n’avaient pas assez de force pour téter/que les tétines n’étaient pas bien adaptées). Bon, elles ont bien refusé le vert dans leurs assiettes pendant quelques semaines mais rien de bien méchant. Non, vraiment, les repas n’ont jamais été un souci à la maison.

D’ailleurs, y’a qu’à voir les transmissions de la crèche. « Bon ben pour les repas elles ont tout mangé, pas de problème« . Elles mangent de tout (si, si, même des brocolis, des épinards et des choux de bruxelles !) et en bonne quantité. Si bien que j’ai dernièrement eu droit à un « c’est bien quand les enfants sont faciles comme ça« . J’ai surement répondu quelque chose comme « oui c’est vrai« . Sauf qu’en prenant du recul, je ne suis pas sûre qu’on puisse dire que mes filles soient juste « faciles ».

Depuis que nous avons commencé la diversification alimentaire, j’ai toujours fait attention à leur faire goûter de tout. Dans la plupart des cas, du fait maison et même du bio ! Bon, j’ai aussi donné des petits pots (pas toujours bio d’ailleurs) quand j’ai repris le boulot (avec 2 bébés et une journée de boulot dans les pattes, c’est quand même bien pratique !). Mais surtout, je n’ai jamais rechigné à leur donner des légumes. Y compris à plusieurs reprises lorsqu’elles avaient l’air moins emballées par l’un d’eux.

De la même manière, je ne les ai jamais forcées à finir leurs assiettes car souvent, c’est synonyme qu’elles ne vont pas bien. Et ça s’est vérifié dans 90 % des cas : une assiette pas finie = maladie dans les 24h qui suivent. Les 10 % restants, c’est une question d’appétit fluctuant. Ben oui, ça leur arrive aussi aux enfants, d’avoir un peu moins faim que d’ordinaire.

Alors, j’ai envie de dire, n’est-ce pas aussi UN PEU grâce à moi si aujourd’hui mes filles mangent de tout ? Et pas une question de pseudo-déterminisme qui ferait qu’il y ait soit des enfants faciles, soit des enfants difficiles.

(Oui, c’est mon moment d’auto-congratulation, mais je crois que j’en avais bien besoin !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s