Pourquoi je ne serai jamais assistante maternelle

Voilà. Dans 4 semaines, je serai sans emploi. Au chômage.

Nombre de femmes, de mamans, dans ma situation s’interrogent sur leur avenir. Une éventuelle reconversion professionnelle. Et nombreuses sont celles qui optent pour cette « idée folle » : devenir assistante maternelle. Ass’ mat’ comme on dit !


C’est vrai qu’en soit, c’est séduisant : bosser à la maison, choisir pour qui on travaille, profiter davantage de ses propres enfants… Sur le papier, ça peut faire rêver. Mais me faire rêver moi, non. Ni en théorie, ni en pratique. Parce que j’aime faire les choses bien. Et je pense que c’est un travail qu’on ne décide pas de faire sur un coup de tête, « parce que ça pourrait être sympa ». Pour moi, comme pour les nombreux métiers de l’aide à la personne, c’est un vrai choix. Presque une vocation. Et c’est pour ça que je ne serais jamais (mais genre JA-MAIS !) assistante maternelle.

D’abord parce que, je l’avoue : j’aime pas vraiment les enfants. À part les miens, forcément ! Ceux des copines, je gère aussi. Mais les gosses des autres, moins j’en vois et mieux je me porte. Et je pense que c’est quand même un préalable pour exercer ce métier (même si ce n’est certainement pas le seul !). Pourtant, les enfants m’aiment plutôt bien eux. A l’école comme à la crèche à l’époque, ils viennent tous me coller et me raconter leur vie ! (Mais POURQUOI ???)

Ensuite, je crois que je suis bien trop maniaque. Alors ok, avoir un intérieur nickel c’est indispensable niveau propreté. Mais quand mon salon se transforme en salle de jeu, je peux pas. Je l’ai assez vécu avec nos filles pour savoir que je ne veux plus ! Alors bon, imaginer gérer au quotidien des enfants qui ont besoin de jouer, d’en mettre partout… c’est au-dessus de mes forces !

Et puis, je ne sais pas, où plutôt je n’aime pas vraiment non plus jouer avec les enfants. Lire des histoires, faire des constructions, de la fausse soupe, jouer à… pendant des heures, très peu pour moi ! Mais je me connais : avec des petits sous ma responsabilité, je me sentirai obligée de jouer avec eux à peu près tout le temps (ce qui correspond à peu près à ma vision de l’enfer !). Parce que dans ma conception du truc, on ne fait pas ass’ mat’ pour laisser les enfants seuls dans un coin toute la journée. Même s’ils sont plusieurs !

Alors dans quelques semaines, j’irai pointer au pôle emploi, en attendant de trouver de quoi m’occuper de nouveau (bon ok, j’ai déjà une petite idée 😉 )… qui ne me donne pas envie de m’enterrer six pieds sous terre trois fois par jour !

(Chères ass’ mat’, vous qui faites ça si bien, je vous aime ❤ )

Publicités

Le grand plongeon

Cette fois, ça y est. Je l’ai fait. Pour de bon. Le grand plongeon. Peut-être le plus grand de ma vie. Parce que je ne l’avais pas vu arriver. Pas prévu. Pas anticipé. Moi qui ait tendance à toujours planifié, me voila en route vers l’inconnu. Je crois que ça me fait peur. Mais je crois que je ne réalise pas bien encore. Quoi qu’il en soit, c’est fait : j’ai démissionné !

J’aurais jamais imaginé un jour que ça arriverait. Je me projetais sur un parcours plutôt linéaire, avec des obstacles bien sur, mais rien d’insurmontable. Je me voyais quitter un boulot pour un autre. Laisser la vie suivre son cours. Pas le quitter comme ça. Faire un grand saut dans le vide, sans filet, sans possibilité de retour.

Mais je suis persuadée que ce n’est rien que pour le meilleur. Alors à moi le chômage et l’aventure Rennaise !

Vive le télétravail !

Les bénéfices du télétravail ne sont plus à prouver : de nombreuses études ont montré combien il permettait de favoriser le bien-être au travail (baisse de l’absentéisme, moins de fatigue, meilleur productivité…) et surtout l’équilibre vie pro-vie perso ! Un élément essentiel à mon sens ! Alors, même s’il n’est pas encore vraiment démocratisé là où je travaille, lorsque l’occasion – exceptionnelle – se présente, j’adore faire du télétravail ! Lire la suite

Mon corps et moi

Ce matin, comme à peu près tous les jours, j’enfile un jean, un pull, mes baskets à paillettes puisque le soleil daigne nous honorer de sa présence… Du mascara, un peu de rouge à lèvres et – soyons fou ! – ce matin je fais l’impasse sur l’anticerne (en vrai, je marque assez peu les cernes… c’est assez frustrant d’ailleurs, même quand je suis au bout de ma vie, j’ai jamais vraiment l’ai fatiguée !). Je jette un dernier coup dans le miroir de l’entrée, je sors de chez moi, puis encore un dans le miroir du hall de l’immeuble. Lire la suite

La sieste, c’est fini !

Ah, la sieste ! Ce moment tant attendu par de nombreux parents, moi y compris. La sieste, c’est l’occasion de faire tout ce que je n’ai pas le temps de faire autrement : vaisselle, linge, ménage… et parfois même boire un café chaud, bosser ou écrire sur le blog (ouais, je sais, je vends du rêve là !). Lire la suite

Garder de jolis souvenirs avec un shooting photo en famille

Comme tous les parents, je prends énormément de photo de mes filles. Mais comme tous les parents, je ne compte plus les ratées ! Entre les floues, les trop sombres, celles où une  seule regarde, celles où personne ne regarde… Bref, les photo, c’est cool, mais les photos réussies – je veux dire celles qu’on a envie d’imprimer et d’encadrer – se comptent sur les doigts de la main. Lire la suite

Une rentrée mouvementée

Nouveau poste au boulot avec plus de responsabilités, reprise d’études en cours du soir après une année de cours à distance (et un nouveau diplôme en poche !), première année d’école pour les filles… Bref, je n’ai pas le temps de m’ennuyer (et j’adore ça !). C’est dans ces moments d’hyperactivité que je m’épanouis. Lire la suite

Première grosse chute et visite chez le pédodentiste

A peine une semaine après la rentrée des classes, j’ai eu le déplaisir de récupérer mes filles bien amochées à la garderie. C. était tombée et s’était fait mal aux deux genoux (rien de grave !) et A. s’est blessée à la lèvre en tombant à vélo. C’est donc en pleurs jusqu’à la maison qu’on est rentrées, les deux se plaignant d’avoir « vraiment très mal ». Lire la suite

Des activités en duo

L’une des plus grandes frustrations des parents de jumeaux, c’est cette sensation de ne jamais profiter assez de ses enfants. De ne pas pouvoir accorder à chacun d’entre eux le temps qu’on souhaiterait, faute de pouvoir se dédoubler. Alors, dimanche dernier, nous avons inauguré un nouveau rituel en cette période de rentrée ! Lire la suite