J’ai testé le Strala Yoga

Tout a commencé un dimanche après-midi, alors que nous brunchions chez la cousine de Chéri (oui, on fait des brunchs nous !). Elle avait cours de Strala Yoga l’après-midi et m’a proposé de l’accompagner. J’ai accepté. Plus pour l’idée de passer un peu de temps entre filles en laissant les jumelles aux hommes que pour le yoga en lui-même.

Parce que le yoga, j’en avais pas une image très glorifiante. Passer 45 minutes à méditer dans des positions improbables sur de la musique psychédélique, très peu pour moi !

Ooommmmmmmm….

Sauf que là, c’était du Strala Yoga. La différence me direz-vous ? Et bien c’est censé être une forme de yoga dynamique qui laisse beaucoup moins la place à la spiritualité, avec des enchainements de postures de yoga. Pas que je ne sois pas une fille spirituelle hein, mais je m’ennuie vite. Quand je fais quelque chose, il faut que ça pulse, que ça bouge ! Pour ça que j’aime pas les gens lent et mous, tout ça… Parce que dans ma tête (pas toujours dans mon corps ), ça va toujours à 300 à l’heure ! Parait que ça épuise. En fait, ça épuise surtout les autres, moi, j’ai l’habitude ! Ça fait 28 ans que c’est comme ça ! Bref, le Strala Yoga, c’était plutôt prometteur du coup.

J’avais donc, sur ses conseils, prévu la tenue adaptée (pantalon large et t-shirt confortable). Dans la voiture, Chéri me demande : « t’as pas pris de serviette ? ». Bah non. Elle me l’a pas dit. Et puis, c’est du yoga quoi… Il me dit « tu vas voir, tu vas morfler et transpirer ». Je rigole.

Après le brunch (et m’être bien rempli le bide d’un tas de choses succulentes !), on se dirige donc vers le cours. 20 minutes de marche pour s’échauffer (on va pas aller au sport en métro quand même !).

Le cours commence, on se déchausse pour ne pas glisser. Déjà, j’aime pas être pieds nus. Même chez moi où c’est relativement propre, j’ai toujours des chaussons, au pire des chaussettes. Mais là, dans une salle de sport qui a déjà servi je ne sais combien de fois dans la journée et qui sent le fennec, merci bien. Je m’exécute quand même. La prof se présente (« ah elle est bizarre celle-là », me glisse la cousine dans l’oreille) et demande qui n’a jamais de « strala » ou même de yoga. Je lève la main. Ouf, on est plutôt nombreux (car oui, il y avait UN homme dans le cours) à être dans le même cas.

Elle commence donc à nous expliquer le principe du strala, que c’est des enchainements dynamiques, tout ça. Cool. Et puis on rentre dans le vif du cours. D’abord, il faut s’ancrer dans le sol pour ressentir les énergies et les faire remonter le long de notre colonne vertébrale. Pour le côté sans spiritualité, on pourra repasser. S’en suivent 15 longues minutes, les yeux fermés, à s’imaginer caresser la Terre avec nos pieds. Puis le premier enchainement enfin ! La salutation au soleil. Plutôt sympathique ! Je suis un peu rouillée mais je m’étonne d’avoir gardé un minimum de souplesse (merci la danse classique). On répète l’enchainement deux fois de chaque côté puis on passe à un autre dont le nom m’échappe.

positions-strala-yoga

La salutation au soleil, ça ressemble un peu à ça…

 

Dans la plupart des positions, j’avais le nez sur les pieds de la voisine de devant (oui il y a avait du monde, beaucoup de monde !). Alors non seulement, ça sentait pas la rose, mais visiblement, elle ne connaissait pas l’usage de la pierre ponce. J’avais presque envie de lui filer les coordonnées d’un pédicure ! Enfin, passons. Je crois que je me suis pas trop mal débrouillée pour une première fois. Du moins, comme on avait tous l’air plus ou moins ridicules, je ne devais pas être pire que les autres. Après les deux enchainements, place aux étirements. de nouveau pendant 15min. Ça je gère, même si je trouve ça chiant (j’ai déjà fait du stretching et c’est sensiblement pareil).

Le bilan de tout ça ?

Je crois que le yoga (ou le strala ou n’importe) n’est définitivement pas fait pour moi. Il y a probablement des gens qui adorent ça, à qui cela fait du bien mais moi pas. Je suis un peu trop hermétique. Côté transpi, sur les 45min du cours, j’ai du suer pendant les 15 milieu, le temps des enchainements. Et encore ! J’ai transpiré plus que ça en restant assise dans un métro bondé cet été. Je n’ai pas eu l’impression d’avoir énormément travaillé, peut-être un peu la souplesse, sans plus.

Non définitivement, le strala, ça ne vaut pas un bon cours de zumba !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réflexions sur “J’ai testé le Strala Yoga

  1. SportyMe dit :

    C’est fou, mais la description du cours que tu fais ne ressemble pas à un cours de strala, mais à un cours de hatha (yoga classique). Je fais du vinyasa qui est une autre forme de yoga dynamique et on a juste sur 10min d’étirement et de relaxation à la fin..

    J'aime

    • Poucelimama dit :

      Je pense que tout est différent selon le prof qui anime le cours et à sa façon de voir les choses… Peut-être aussi qu’ils ont donné le nom de « strala » pour surfer sur la tendance du moment ? J’avoue que je n’y connais absolument rien ^^
      Et puis du coup, ça m’a pas forcément donné envie d’aller plus loin…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s